La Vérité sur l'Affaire Harry Quebert de Joël Dicker:

Bonjour tout le monde ! Me revoilà pour parler de ma dernière lecture qui n'est autre que la Vérité sur l'Affaire Harry Quebert. C'est un livre que j'ai trouvé dans une brocante il y a plusieurs mois et qui reposait depuis trop longtemps dans ma PAL. Je sais, j'arrive après la guerre. Mais je l'ai lu, c'est le plus important ! J'ai commencé ce livre juste en connaissant le nom, je n'avais lu aucun résumé, ni aucun article. Bref, l'inconnu total.


Résumé:


Marcus Goldman est un écrivain qui connaît succès et gloire après un premier livre exceptionnel. Malheureusement, le succès s'essoufle et il doit écrire un nouveau livre. Seul problème, la page blanche s'impose à lui pendant des semaines, puis des mois.... Il appelle au secours son maître, Harry Quebert, celui qui lui a tout appris. Cependant, tout va basculer quand il va apprendre que l'homme qu'il respecte le plus au monde, a eu une histoire d'amour avec une fille de 15 ans, 33 ans plus tôt. 

Mon avis: 


J'ai littéralement dévoré ce livre. J'ai lu tout d'abord les deux cents premières pages entre deux métros (les cours quoi) puis je me suis posée, je l'ai continué et je n'ai pas pu m'arrêter. Pourtant, c'est un gros pavé de plus de 850 pages alors s'enchaîner plus de 600 pages en une journée, ça nous laisse pantelant comme après une course. 

Ce livre est bon, est si bon que ça tient du génie. L'auteur m'a tenue en haleine dès la première page. J'hésitais à la commencer à cause des cours, du manque de temps et de sa taille. J'ai choisi de la lire la première page et tout de suite, j'ai compris que je me devais de le lire. 

Par où commencer ? Tout est si incroyable dans ce livre. 

Une intrigue surprenante, les rebondissements s'enchaînent, les suspects défilent et on se demande si un jour on apprendra la vérité. Les pages défilent puis de nouveaux indices font leur apparition, tout comme de nouvelles révélations. Les témoignages s'enchaînent et ce livre fourmille de détails qui rendent vraiment l'histoire plausible et crédible. J'y ai cru du début à la fin, me demandant si cela ne tenait pas de faits réels. J'ai réellement commencé à confondre fiction et réalité, car l'auteur arrive vraiment à donner du crédit au texte et à l'histoire.

Ce qui ajoute du crédit c'est vraiment le personnage qui nous conte l'histoire. Marcus Goldman, le narrateur, est écrivain et raconte l'histoire en même temps de l'écriture de son roman sur cette affaire, cela est très perturbant. Je pense que cela donne vraiment du poids à l'histoire la façon dont ou est raconté par la voix de ce narrateur, qui au final publie ce livre écrit par Joël Dicker. C'est là, que réalité et fiction se confondent, que le narrateur et l'auteur se confondent. Déstabilisant.

" - Et comment sait-on que l'on est écrivain, Harry ?
  - Personne ne sait qu'il est écrivain. Ce sont les autres qui le lui disent"

Au-delà d'être un livre excellent, il y a tout pleins de réflexions mises dans le roman: tous les conseils sur le rôle d'un écrivain, la réflexion sur certains personnages (on va éviter de spoiler, donc je ne dirai rien) ou encore, l'amour. C'est vraiment pleins de réflexions, le but est vraiment de nous faire prendre du recul tout comme Marcus Goldman, qui mène sa propre enquête sur cette affaire. 

Enfin, la chronologie du roman joue beaucoup. Par moment des bouts de scènes nous sont données mais l'explication ne vient que bien plus tard, parfois il s'écoule le roman entier avant de comprendre. C'est vraiment comme si un puzzle se complétait. On complète les fragments manquant de certaines scènes, donc parfois on redécouvre des passages déjà lus mais tout est plus complet ou différent, on voit le tout sous un nouveau jour et on arrive enfin à mettre les pièces bout à bout pour comprendre l'histoire. Pour qu'au bout de 854 pages, tout prenne sens et tout se complète. Malgré des retours dans le passé, tout est clair. La chronologie est maîtrisée et malgré les nombreux personnages ou rebondissements, on s'y retrouve. Je ne me suis pas perdue à un seul instant dans toutes ces informations.

"Un bon livre, Marcus, est un livre que l'on regrette d'avoir terminé."

Calypso

Commentaires